06 47 83 77 92 sophrologue@werry.fr

Le Burn-out est le syndrome d’épuisement total, physique, mental, émotionnel, qui dure dans le temps et qui est dû à trop de tout pendant trop longtemps. C’est un peu comme un court-circuit, le corps disjoncte pour éviter le pire. Il faut compter 6 à 18 mois pour s’en remettre, à condition d’être bien accompagné. Le concept de burn-out est né dans les années 70. Le terme est une métaphore pour expliquer que la personne en burn-out est un peu comme une fusée qui aurait brûlé tout son combustible.

De nombreux pays ne reconnaissent pas encore le phénomène et l’amalgament souvent à autre chose, comme la dépression par exemple, dans les statistiques officielles. Actuellement, 15 % de la population européenne se dit en burn-out ou en hyperstress (stress chronique aigu). Ainsi, selon l’OMS, la France est le pays d’Europe où les cas d’épuisement professionnel sont les plus nombreux. Au niveau mondial, notre pays se hisse même à la 3ème place des pays les plus touchés.

Malheureusement, la crise sanitaire a encore amplifié le sentiment de souffrance au travail et le nombre de personnes souffrant deburn-outaugmente de plus en plus.

Vous vous sentez concerné par le burn-out? Discutons-en

Avant de voir comment se reconstruire après un burn-out, voyons quelles sont les phases du burn-out.

Les différentes phases du burn-out

Phase 1 : le sur-engagement (A fond, à fond, à fond!)

Dans cette première phase, vous êtes sur-occupé·e, vous travaillez beaucoup. Vous vous réveillez tôt, le cerveau déjà en ébullition, prêt à gérer tout ce qu’il y a à faire dans la journée.

Pour vous aider à tenir le rythme, vous buvez de nombreuses tasses de café, consommez des snacks sucrés et autres stimulants vous.

Vous prenez peu ou pas de vacances depuis plusieurs mois et vous emmenez votre téléphone et/ou votre ordinateur avec vous. Vous n’avez jamais l’esprit tranquille et détaché du travail, votre cerveau est constamment en train de tourner, le retour au calme ne se fait plus.

au niveau physiologique, il y a une production d’adrénaline en continu, ce qui est très fatigant car contraire au fonctionnement naturel des glandes surrénales.

Phase 2 : l’acharnement

Vous continuez sur le même rythme, voire avez tendance à vouloir en faire plus sans prêter attention aux signaux que votre corps vous envoie.

Les problèmes de concentration et de mémorisation commencent à apparaître. Vous ressentez une grande fatigue, la sensation d’être submergé·e. Bien qu’étant fatigué·e, vous avez du mal à vous reposer.

Cela perturbe la gestion des émotions. Vous vous énervez facilement. Vous devenez anxieux·se, frustré·e, il y a aussi de la perte de motivation, un manque d’enthousiasme.

De plus, certaines douleurs s’installent mais vous ne les remarquez pas toujours. Si vous êtes sportif·ve, vous en faites encore plus que d’habitude, voire beaucoup plus. Votre sommeil commence à être perturbé.

Finalement, au niveau physiologique, votre corps produit du cortisol en plus de l’adrénaline pour tenir le choc, tout en masquant la fatigue et les douleurs éventuelles.

Votre respiration, votre digestion et d’autres fonctions du corps sont perturbées, la tension artérielle augmente. Le système immunitaire est affaibli.

Phase 3 : épuisement total, burn-out déclaré

Vous avez atteint votre limite et vous vous effondrez. Vous vous effondrez d’un coup sans pouvoir vous relever pendant plusieurs heures. Ou encore vous restez figé·e à votre poste de travail sans conscience du temps qui passe.

  • Vous n’arrivez soudain plus à fonctionner et cela dure dans le temps.
  • Vous êtes constamment épuisé·e et dormir ou vous reposer ne change rien.
  • Vous ressentez une forte anxiété, parfois des crises de panique.
  • Vous n’arrivez plus à penser, mémoriser ou vous concentrer correctement.
  • Vous avez des douleurs violentes dans certaines parties du corps.
  • Vous vous sentez complètement submergé.e.

Au niveau physiologique, vos surrénales n’arrivent plus à produire suffisamment d’adrénaline et de cortisol. Votre corps n’arrive plus à fonctionner normalement.

Comment se reconstruire après un burn-out ?

Si le burn-out s’est déclaré, tout s’est arrêté brutalement. Vous êtes passé·e d’un état super dynamique à un épuisement total et durable. Si vous retrouvez énergie et vous sentez réellement mieux au bout de 3 à 4 semaines de repos, ce n’est probablement pas un burn-out.

En cas de burn-out, pour se reconstruire, il faut plusieurs mois pour commencer à voir une amélioration. L’évolution varie en fonction de la façon dont la personne se repose et est suivie. Il faut aussi être conscient du fait que la reconstruction n’est pas linéaire. Il y a des hauts et des bas, parfois même des épisodes d’épuisement, des douleurs ou des crises d’angoisses qui peuvent se reproduire des années après en cas de grosse fatigue ou de stress intense. Pas nécessairement un nouveau burn-out ou une rechute mais plutôt des répliques.

Cela peut faire très peur car on a l’impression d’aller mieux et soudainement tout va à nouveau mal. Dans ce cas là, le repos est indispensable.

Il faut environ 12 mois pour se reconstruire après un burn-out en étant accompagné. Cela demande un travail en profondeur.

1/ Se reconstruire après un burn-out : se reposer

Selon la sévérité du burn-out, votre médecin traitant vous prescrira un arrêt maladie de plusieurs semaines à plusieurs mois. Ce repos absolu pendant lequel vous mettez en jachère votre esprit et votre corps est indispensable pour vous aider à prendre du recul et reprendre pied.

Le salarié en profitera également pour renouer une vie sociale, familiale.

2/ Se reconstruire après un burn-out : être accompagné de spécialistes

En premier lieu, on recommande une prise en charge en psychothérapie par un professionnel spécialisé en consultation souffrance et travail. Il vous aidera à comprendre la dégradation de votre situation de travail et à mettre du sens sur ce qui s’est passé. Cette étape de compréhension est indispensable pour vous permettre de vous reconstruire.

Ensuite, vous pouvez également participer à un groupe de paroles centré sur le burn-out, animé par un professionnel. il s’agit d’un espace d’expression, d’écoute et de partage qui réunit, dans un cadre bienveillant, des personnes qui ont vécu un burn-out. Cet espace de paroles permet à chacun de mettre des mots sur les difficultés rencontrées et sur les émotions ressenties.

Enfin, il s’agit d’un temps de reconstruction, donc les thérapies complémentaires, en particulier la sophrologie, la naturopathie et l’acupuncture sont très aidantes également. En sophrologie, nous allons travailler sur plusieurs axes pour vous aider à vous reconstruire :

  • Apaiser physiquement et moralement
  • Retrouver  de l’énergie
  • Renforcer les structures profondes
  • Améliorer le sommeil
  • rétablir l’estime de soi
  • Se reconnecter à ses valeurs profondes
  • reconstruire la confiance pour préparer l’avenir

3/ Se reconstruire après un burn-out : redémarrer en douceur

Au bout de quelques mois, le corps et le mental soignés, vous pourrez à nouveau vous projeter dans la vie professionnelle.

Lenvie de reprendre le travail peut revenir naturellement chez certains, comme une envie de ressortir de cette bulle de protection. D’autres auront besoin de l’avis d’un médecin pour se persuader qu’il est temps de reprendre le chemin de l’entreprise.

Cette question du retour à l’emploi ne pourra s’envisager que progressivement, après avoir été travaillée avec un coach, avec le psychothérapeute spécialisé qui aura été choisi, et avec le médecin du travail. Celui-ci décidera peut-être d’une reprise à temps partiel afin de permettre au salarié de se réadapter progressivement à son travail. Il pourra également prescrire un aménagement du poste de travail et des horaires adaptés temporaires.

Si une reprise du travail dans l’entreprise d’origine est impossible, ce sera peut-être le moment de rebondir sur un nouveau projet professionnel. Un bilan de compétences ou un travail avec un coach pourra aider le salarié à se réorienter vers un nouveau domaine d’activité.